SOMMES-NOUS LE PROBLEME ? OU SOMMES-NOUS LA SOLUTION ?

Publié le par laur

1

Syndicat C.G.T. S.P.D.P. / Humanité

Jacques Laur,

« Le Théron », 46 800 Valprionde

( : 06 83 51 83 41

+ : j.laur46@gmail.com

http://spdphumanite.over-blog.com/

 

 

 SOMMES-NOUS LE PROBLEME ?

OU

SOMMES-NOUS LA SOLUTION ?

 

ET DIT AUTREMENT

 

Si l’activité « conquête des abonnements » étaient une activité rentable ?

 

Sans évoquer le fait qu’elle est indispensable à l’existence du journal l’Humanité

 

 

Examinons les chiffres de l’année 2009

 

Avertissement aux lecteurs : Tous les chiffres de départ sont vérifiés ou vérifiables : Ils proviennent de la direction qui a été obligé de se découvrir afin de tenter de justifier l’injustifiable. (Voir tableaux fournis avec un communiqué qui répondait à notre tract daté du 13 juin.) En sont exclus 8 abonneurs dont les chiffres ne sont pas significatifs ou qui n’auraient pas du faire parti de l’effectif. Nous n’avons jamais été 33 à temps complet. Sont retenues les 25 productions les plus significatives.

 

 

L’investissement Humain :

 

Les  « charges de personnel » brutes pour l’année 2009 ont été de 797 304 €uros pour 25 abonneurs soit par abonneur : 31 892 €uros Les « charges patronales » pour l’année 2009 ont été de 349 982 €uros pour 25 abonneurs soit par abonneur : 13 999 €uros

 

Donc au cumul l’investissement humain est de 1 147 286 €uros pour 25 abonneurs soit par abonneur : 45 891 €uros.

 

Les Frais :

 

Les frais de véhicules (location) pour l’année 2009 ont été de 137 158 €uros pour 25 abonneurs

Les frais de carburant pour l’année 2009 ont été de 49 211 €uros pour 25 abonneurs

Les frais de péage pour l’année 2009 ont été de 19 390 €uros pour 25 abonneurs

Les frais de réparation pour l’année 2009 ont été de 9 691 €uros pour 25 abonneurs

Les frais de portable pour l’année 2009 ont été de 8 904 €uros pour 25 abonneurs

Les remboursements de frais pour l’année 2009 ont été de 29 705 €uros pour 25 abonneurs

 

Donc au cumul l’investissement induit par l’activité des abonneurs est de 254 059 €uros pour 25 abonneurs soit par abonneur 10 162 €uros.

 

La somme des deux cumuls pour la fonction « production conquête des abonnements » est de 1 401 345 €uros pour 25 abonneurs soit par abonneurs : 56 053 €uros

 

Le Chiffre d’affaire produit, par ces 25 abonneurs, a été de 1 785 790 €uros.

La commission versée par l’Huma (1,25) a été de 2 232 237 €uros

 

L’excédent brut a été de 830 892 €uros (2 232 237 €uros - 1 401 345 €uros) soit par abonneur 33 235 €uros d’excédent

 

Pour le même travail le Parisien aurait versé une commission de 1,50 soit : 2 678 685 €uros

 

Et au départ de ce « gigantesque gâchis » toute l’argumentation de la Direction de l’Huma est que les abonnements ne tiennent pas….Rappel des chiffres: Le taux de chute est de 24 % pour les 8 premiers mois. Il est de 40 % pour le Parisien pour la même période. Et il aurait été intéressant d’avoir accès à l’évolution de ce taux sur ces 10 dernières années.

 Secret d’Etat ou tout au moins un manque de transparence évident qui masque une réalité qui serait dérangeante ?

 

Dans le cadre d’un fonctionnement totalement différent : 

 

  • En responsabilisant chaque abonneur (ce sont des cadres), la fonction production pourrait se répartir mieux et différemment  sur le territoire sur la base de : 65 000 000 d’habitants : 25 abonneurs : 2 600 000 habitants par abonneurs à lisser en tenant compte de paramètres pouvant influer sur la production. Donc un secteur attribué par abonneur comme le prévoit la Convention Collective de la profession.

En prenant mieux en compte leur spécificité, les difficultés de leur métier et leur réalignement sur les acquis des autres salariés de l’Huma (6ème semaine de congés, équivalent d’un treizième mois, paiement des jours fériés….) le montant de l’investissement salarial pourrait être de 45 891 €uros x 1,20 soit : 55 069 €uros par abonneurs x 25 abonneurs : 1 376 730 €uros.

En ce qui concerne leurs frais, il peut être imaginé qu’avec la mise en place de secteurs certains frais de déplacement et annexes pourraient diminuer mais si nous prenons en compte un meilleur taux de remboursement et un véhicule d’une gamme supérieure et mieux équipés (GPS intégré, régulateur de vitesse…) nous prévoyons une augmentation de 30 % soit : 10162 €uros x 1,30 soit 13 210 €uros par abonneurs x 25 abonneurs : 330 265 €uros

La somme des deux cumuls pour la fonction production conquête des abonnements serait par abonneurs de : 68 279 €uros x 25 soit 1 706 975 €uros pour ces 25 abonneurs.

 

  • En leur affectant un secteur comme le prévoit le statut VRP (cela pourrait diminuer certains frais), en les mettant en situation de gérer leur secteur en autonomie et en responsabilité, comme de vrais ambassadeurs, de vrai cadres qu’ils sont de fait, il pourrait être considéré que deux cadres supérieurs seraient suffisants : La fonction direction pourrait se résumer à un directeur tout à la fois directeur de la structure, directeur des ressources humaines et directeur commercial avec un adjoint délégué, sous-directeur commercial. Le montant du coût d’un abonneur avec frais : 68 279 x 1,50 soit : 102 418 €uros x 2 = 204 837 €uros pour ces deux cadres.

 

  • Au siège, deux employés à compétence et statut égal, fonction support : Traitement des fichiers en amont et en aval des productions, traitement de la production, préparation de tout le travail comptable et administratif, secrétariat de direction. Le montant du cout d’un abonneur (sans frais) x 0,75 % soit 55 069 €uros x 0,75 % = 41 301 €uros par employé x 2 = 82 603 €uros pour ces deux employés.
  • La fonction sociale (Etablissement des bulletins de salaire et toutes les déclarations fiscales, sociales….) et la fonction comptable seraient données en sous-traitance à un cabinet d’expert comptable : 1 000 euros par salarié par an : 30 000 €uros.
  • Bureau : 50 M2 à 200 €uros tout compris (loyer, charges chauffages, fluides) : 10 000 €uros
  • Location de tout l’équipement informatique, reproduction…: 10 000 €uros par an
  • Consommable : 10 000 €uros par an
  • Matériel pour la promotion commerciale : 60 000 €uros (10 €uros par abonnements)
  • Divers : 50 000 €uros

 

Total des charges : 2 164 415 €uros (Hypothèse vraiment haute, très haute) à comparer au 2 232 237 €uros versés par l’Huma pour un chiffre d’affaire identique. Volontairement et pour qu’il n’y ai pas de discussion inutile, ce CA est gardé en l’état comme si la production ne s’améliorait pas, restait identique. (Hypothèse basse, très basse).

 

Cela dégagerait encore une marge de manœuvre de 67 822 €uros.

 

Et ce prévisionnel ne fait preuve d’aucune démagogie car :

 

  • En ce qui concerne les produits, il part sur les mêmes bases, il conserve les mêmes chiffres, à savoir qu’il n’inclut pas d’augmentation de la productivité qui, de fait, ne devrait pas manquer d’apparaitre.

 

  • En ce qui concerne les charges, sur tous les postes, il a été retenu les hypothèses et les projections les plus hautes car il peut être envisagé que l’application de la Convention collective en ce qui concerne la mise en place de secteurs va entrainer une diminution sensible des frais de carburant, de péage et du nombre de découchage.  

 

L’absentéisme devrait baisser car les producteurs accumuleront moins de fatigue.

 

ET NE COMPARONS PAS AVEC LA COMMISSION VERSEE PAR LE PARISIEN car autrement cela dégagerait un excédent de 514 270 €uros (2 678 685 €uros - 2 164 415 €uros)

 

 

 

Et il peut être imaginé que l’entreprise qui sous-traite cette activité pour le Parisien ne fait pas dans la philanthropie, d’autant plus qu’elle engage beaucoup moins de frais pour ses producteurs. Pour cause : Pas de découchage et beaucoup moins, vraiment beaucoup moins de frais de déplacement. Et il peut aussi être pensé que les dirigeants du Parisien savent gérer et donc savent investir dans le commercial pour maintenir leur diffusion quotidienne à 470 000 exemplaires. Ce qu’ils réussissent.

 

 

Examinons les chiffres de l’année 2010

 

Avertissement aux lecteurs : Tous les chiffres de départ sont vérifiés ou vérifiables : Ils proviennent de la direction qui a été obligé de se découvrir afin de tenter de justifier l’injustifiable. (Voir tableaux fournis avec un communiqué qui répondait à notre tract daté du 13 juin.) En sont exclus 3 abonneurs dont les chiffres ne sont pas significatifs ou qui n’auraient pas du faire parti de l’effectif. Nous n’avons jamais été 28 à temps complet. Sont retenues les 25 productions les plus significatives.

 

 

L’investissement Humain :

 

Les  « charges de personnel » brutes pour l’année 2010 ont été de 829 188 €uros pour 25 abonneurs soit par abonneur : 33 167 €uros Les « charges patronales » pour l’année 2010 ont été de 344 789 €uros pour 25 abonneurs soit par abonneur : 13 791 €uros

 

Donc au cumul l’investissement humain est de 1 173 977 €uros pour 25 abonneurs soit par abonneur : 46 959 €uros.

 

Les Frais :

 

Les frais de véhicules (location) pour l’année 2010 ont été de 135 600 €uros pour 25 abonneurs

Les frais de carburant pour l’année 2010 ont été de 47 360 €uros pour 25 abonneurs

Les frais de péage pour l’année 2010 ont été de 19 361 €uros pour 25 abonneurs

Les frais de réparation pour l’année 2010 ont été de 12 083 €uros pour 25 abonneurs

Les frais de portable pour l’année 2010 ont été de 8 610 €uros pour 25 abonneurs

Les remboursements de frais pour l’année 2010 ont été de 41 320 €uros pour 25 abonneurs

 

Donc au cumul l’investissement induit par l’activité des abonneurs est de 264 334 €uros pour 25 abonneurs soit par abonneur 10 573 €uros.

 

La somme des deux cumuls pour la fonction production conquête des abonnements est de 1 438 311 €uros pour 25 abonneurs soit par abonneurs : 57 532 €uros

 

Le Chiffre d’affaire produit a été, pour ces 25 abonneurs de 1 722 406 €uros.

La commission versée par l’Huma (1,25) a été de 2 153 608 €uros

 

L’excédent brut a été de 715 297 €uros (2 153 608 €uros - 1 438 311) soit par abonneur 28 611 €uros d’excédent

 

Pour le même travail le Parisien aurait versé une commission de 1,50 soit : 2 678 685 €uros

 

Donc des chiffres plus que stable d’une année à l’autre. Si c’était viable en 2009, et si c’était viable en 2010, pourquoi, tout d’un coup ne serait-ce plus viable en 2011 ? Subitement ?

 

Et en 2012 ?

 

Et n’y avait-il pas d’autres actes de direction à mettre en œuvre pour -tout à la fois- pérenniser cette force de conquête de nouveaux abonnés et la rendre plus performante dans l’intérêt du développement du journal, de notre journal ?

 

Et chiche pour les 10 000 abonnements par an. Il est encore temps que la direction du journal entende la voix de la raison.

 

Démonstration est faite :

 

  • Que notre activité peut-être intégrée au sein de la SNJH et que, bien au contraire, elle y a toute sa place. D’ailleurs n’aurait-elle pas du y rester ?

 

  • Et que les emplois peuvent être sauvés et que le journal peut être sauvé… DURABLEMENT…

 

Valprionde, le 26 juin 2011

Commenter cet article